L’hopital Foch, leader de la transplantation pulmonaire

par hopitalfoch

ImagePremier centre de transplantation pulmonaire en France, l’hopital Foch a célébré en 2013 sa 500e greffe pulmonaire.

Grâce à une équipe de spécialistes réputés, tant en chirurgie thoracique (Dr Pierre Bonnette, Pr Alain Chapelier, Dr Edouard Sage), qu’en pneumologie (Pr Jean-Louis Couderc), en anesthésiologie (Pr Marc Fischler) et en réanimation (Dr Charles Cerf), l’hopital Foch est depuis 25 ans à l’avant-garde de cette discipline.

Cinq ans après la première greffe mondiale à Toronto, les équipes de l’hopital Foch réalisaient en 1988 leur première transplantation pulmonaire.

En 1989, deux chirurgiens thoraciques de l’hopital Foch réalisaient une première mondiale : la transplantation pulmonaire bilatérale, dite séquentielle, sans circulation extracorporelle. Cette méthode est devenue aujourd’hui un standard chirurgical et a permis aux jeunes atteints de mucoviscidose de bénéficier de cette opération vitale.

Aujourd’hui, l’hopital Foch réalise une soixantaine de greffes de poumons par an (56 en 2012), pour des patients atteints d’insuffisance respiratoire terminale. De nombreux jeunes atteints de mucoviscidose sont accueillis dans le service de Pneumologie de l’hopital Foch, récemment rénové, dans l’attente d’une transplantation. L’hopital Foch fait partie du réseau des Centres de ressources et de compétences de la mucoviscidose.

En 2011, la Fondation Maréchal Foch a participé au financement d’un protocole de recherche innovant, mis en œuvre par l’hopital de Toronto en partenariat avec l’hopital Foch. Afin de pallier le manque de greffons disponibles, certains poumons non-viables en l’état pour une greffe subissent un traitement de plusieurs heures. Ils sont ainsi « réhabilités », puis transplantés dans les conditions habituelles. Cette méthode développée pour la première fois en France par les médecins de l’hopital Foch est un grand succès. Elle a en effet permis en 2011 et 2012 de réaliser 24 greffes supplémentaires à l’hopital Foch, avec des taux de réussite et de survie équivalents aux transplantations classiques.

Les médecins de l’hopital Foch sont également très actifs auprès de l’Agence de biomédecine pour réclamer l’élargissement des critères de sélection des greffons.

Aujourd’hui, grâce à ces méthodes novatrices, le délai d’attente pour une greffe à l’hopital Foch est d’un mois, avec un taux de survie des patients greffés de 90% un an après la transplantation, et de 75% trois ans après. Aucun patient suivi à l’hopital Foch n’est décédé sur liste d’attente depuis 2008.

L’hopital Foch est aujourd’hui l’établissement de santé réalisant le plus grand nombre de greffes de poumons en France. Dans un avenir proche, l’hopital Foch projette d’intégrer le club restreint des grands centres internationaux de la transplantation pulmonaire.

Publicités